Marcher droit, tourner en rond, d’Emmanuel Venet

Le monologue intérieur d’un passionné de scrabble et de catastrophes aériennes, qui présente ici son syndrome d’Asperger. Et sa vision sans concession sur le monde, en général. Mais surtout sur chacun des membres de sa famille, en particulier. Toutes ses pensées surgissent à l’occasion des funérailles de sa grand-mère, propices à un panégyrique subi ostensiblementLire la suite « Marcher droit, tourner en rond, d’Emmanuel Venet »

La Fille de son père d’Anne Berest

Premier roman chez le Seuil, 2010. Lu rapidement et avec intérêt. Même si les personnages me furent globalement très antipathiques. Même si la plongée dans ce milieu ne fut jamais loin de me coller de l’urticaire, les déplacements dans tout Paris en voiture, les vêtements cacateux jetés à la poubelle sans autre forme de procèsLire la suite « La Fille de son père d’Anne Berest »

Comment (bien) rater ses vacances d’Anne Percin

J’avais été bouleversée comme beaucoup par Le Premier été, d’Anne Percin, il y a presque dix ans. Le souvenir d’une émotion forte, d’une blessure totale, du tir direct et franc de la plume en plein cœur. Je lis, bien a posteriori, ce premier tome pourtant antérieur des aventures de Maxime Mainard, gros succès de librairieLire la suite « Comment (bien) rater ses vacances d’Anne Percin »

Dia positivo, gracias al negativo

Prendre six mois dans la vue, retrouver une brise faible de mars sous le soleil de septembre. Ce minuscule épisode de toux qui s’invite pendant une réunion, la difficulté à la taire, un sentiment de déjà vu. Rentrer de l’école à pied, voir son fils courir un peu devant, se dire que là tout deLire la suite « Dia positivo, gracias al negativo »

Le Temps suspendu de Valeria Parrella

Premier roman d’une autrice italienne. Une mère se promène dans le temps suspendu et élastique qui correspond à la présence de sa fille prématurée en couveuse. On s’immerge dans une Italie sociale, en appréciant la fraicheur du verbe au gré des rues et des dialogues. Lecture intéressante, même si au moment de prendre les transportsLire la suite « Le Temps suspendu de Valeria Parrella »

Rêvolution

Je rêve et j’ai envie que tout se réaliseJe laisse mes pensées errer sur le décorJ’embrasse de mes vœux les faibles et les fortsEt aimerais glisser la joie dans leurs valises Je rêve et les attentes attention s’éternisentNous remettons souvent, procrastinons encorNotre temps est d’argent et nos idées sont d’orAllons cueillir l’envie qui toujours lesLire la suite « Rêvolution »

Deux sons de croche

Me remettre à lire, lire comme quand j’étais adolescente, comme quand le temps s’étirait langoureusement et moi avec, sur la fraicheur d’un dessus de lit, à l’écart à l’étage dans le gîte loin du tintement des couverts, la tête au-dessus du bouquin et la main au-dessus des chips, lire comme si je pouvais m’ensevelir sousLire la suite « Deux sons de croche »

Key êtes-vous ?

Écrit en bonus d’un atelier d’écriture en ligne. Une amie avait eu la bonne idée de nous donner comme source d’inspiration 4-5 annonces incongrues piochées sur leboncoin, à développer à l’envi. Je m’étais amusée à promouvoir la vente de lapins sauvages. Mais il y avait aussi, sous mes yeux ébahis, cette authentique clé de coffre-fort,Lire la suite « Key êtes-vous ? »

Trez

Voici le dernier numéro (ou pas) de la revue associative que j’avais découvert à travers un concours en 2014, et grâce à laquelle j’ai touché mes premiers droits d’autrice à raison de 26.50 € si mes souvenirs sont bons. C’est modeste, mais un premier contrat signé, un aller-retour de corrections, symboliquement, c’est sympa. FéliCité, leLire la suite « Trez »