Archives pour la catégorie Jeudi

La Belle Verte de Coline Serreau

Un film de 1996, conseillé par un lecteur ou une lectrice de la médiathèque, qui a dû apprécier le fait que quand même, les thèmes abordés n’avaient pas franchement vieilli.

Navigant entre new age et décal age, danse et décadence, humour et curiosité, cet ovni qui envoie une extraterrestre découvrir Paris est aussi libre et musclé que les trapézistes qui le traversent. Bon forcément, comme dans tout film un brin militant, il y a quelques sources d’agacement de-ci delà, mais pas de quoi bouder son plaisir.

Il peut même donner envie de faire un peu de gainage, tiens. Ou un peu de balançoire, à défaut.

Prendre un peu d’élan, quoi.

J’y ai retrouvé avec plaisir la scène du rétroviseur, par Vincent Lindon, entendue récemment à la radio en ouverture d’un « CO2 mon amour » de Denis Cheissoux.

Et me suis rappelé avoir été touchée, par la même Coline Serreau et le même Vincent Lindon, avec le film Chaos.

Le Bug humain de Sébastien Bohler

Un bouquin bien documenté et très très chouette, même si la chouette effraie, évidemment ! Mention spéciale aux pages 141 à 143 (dans lesquelles j’ai ressenti l’histoire de ma vie), même si de nombreux exemples sont intéressants partout ailleurs.


J’ai pu constater à la lecture de ces pages que mon striatum n’est pas franchement opérationnel, à se demander comment mes gènes ne se sont pas encore fait démonter la tête. Même si comme dit l’auteur, seuls les plus « performants » sont restés en lice, et c’est bien pour ça qu’on s’enlise…

Ce livre est génial et se mange comme du petit pain.

Une seule chose m’a questionnée, c’est celle du temps qu’on s’est dégagé en supprimant le travail : Sébastien Bohler est (ou était du moins dans ce précédent ouvrage) sur une vision d’une société du loisir associée à la destruction de la planète, une sorte de société tirant de plus en plus vers la glande, quand même (et c’est bien le cas de le dire.)

Or j’imagine que les précarités, notamment énergétique et alimentaire (qui attendent la grande majorité du globe si ce n’est tout le monde à plus ou moins, plutôt moins, brève échéance) sont souvent très coûteuses en temps et en énergie.

Pour le dire autrement, dans un monde où on n’imagine même plus écosser ses petits pois, écaler ses amandes ou devoir aller récupérer de l’eau quelque part, peut-être pourrait-on envisager que tout ça nous prendra un poil plus de temps ? (si quelqu’un.e a des éléments scientifiques de réponse, je suis preneuse…)

Marcher droit, tourner en rond, d’Emmanuel Venet

Le monologue intérieur d’un passionné de scrabble et de catastrophes aériennes, qui présente ici son syndrome d’Asperger. Et sa vision sans concession sur le monde, en général.

Mais surtout sur chacun des membres de sa famille, en particulier.

Toutes ses pensées surgissent à l’occasion des funérailles de sa grand-mère, propices à un panégyrique subi ostensiblement éloigné de la réalité. Quelques touches d’humour grinçant, comme une porte qui grince un peu mécaniquement, sans arrêt, et qui fait de ce fait des bruits plutôt risibles. Bref, un style adapté au personnage, et une misogynie assez palpable du narrateur (laissons à l’auteur le bénéfice du doute…) qui illustre bien la citation de Freud choisie en exergue sur la question irrésolue de l’âme féminine.

Puisque tout au long de ce court roman, entre femmes vénales et femmes triviales, franchement, il n’y en a véritablement pas une pour rattraper l’autre.

(à part peut-être madame Violette, p.86.)

La Fille de son père d’Anne Berest

Premier roman chez le Seuil, 2010. Lu rapidement et avec intérêt. Même si les personnages me furent globalement très antipathiques. Même si la plongée dans ce milieu ne fut jamais loin de me coller de l’urticaire, les déplacements dans tout Paris en voiture, les vêtements cacateux jetés à la poubelle sans autre forme de procès et la charlotte aux fraises prise chez le pâtissier qui fournit l’Élysée étant fort susceptibles de me rester sur l’estomac. Même si c’est écrit au présent mais qu’on a quand même envie de les envoyer se prendre un aller dans le passé, simple.

Mais la plume, sèche et froide à l’image de ma première impression, rattrape beaucoup de chose. Tout comme la construction, qui fait qu’on veut quand même savoir, alors, hein, finalement, ce qu’il advient de cette fratrie de filles, de cette adelphie, de cette sororie (make your choice lexical.)

Une piste de réflexion intéressante p. 117 : « Les pères qui n’ont que des filles, comme les mères qui n’ont que des fils, restent pour toujours des rois et des reines absolus. Quelque chose en eux résiste, qui ne se dissout pas dans la progéniture. »

Je doute du fondement scientifique de cette hypothèse genrée qui donne encore une fois un peu trop d’importance à la question, mais bizarrement, il y a comme de la poésie dans ces ressentis blasés. Le roman nous balade entre inachèvements, non-dits et fuites, pour qui souhaite se perdre dans le détricotage de la filiation.

Comment (bien) rater ses vacances d’Anne Percin

J’avais été bouleversée comme beaucoup par Le Premier été, d’Anne Percin, il y a presque dix ans. Le souvenir d’une émotion forte, d’une blessure totale, du tir direct et franc de la plume en plein cœur.

Je lis, bien a posteriori, ce premier tome pourtant antérieur des aventures de Maxime Mainard, gros succès de librairie en son temps (comme quoi, il y a une justice), et je me demande comment je n’ai pas encore tout dévoré de cette autrice. Une écriture vive, libre, cultivée, baignée d’un humour rebondissant au gré des paragraphes comme une balle de baby-foot. Un léger sourire, un léger flop, un léger sourire, et hop, BUT, une franche poilade sonore.

J’ai réservé le tome 2. Si je m’avise d’avoir l’audace de le lire dans le train ou le métro, nul doute que mes zygomatiques en feront la publicité.