Deux sons de croche

Me remettre à lire, lire comme quand j’étais adolescente, comme quand le temps s’étirait langoureusement et moi avec, sur la fraicheur d’un dessus de lit, à l’écart à l’étage dans le gîte loin du tintement des couverts, la tête au-dessus du bouquin et la main au-dessus des chips, lire comme si je pouvais m’ensevelir sousLire la suite « Deux sons de croche »

Batterie de plein air

Il avait le mollet fier, le front dégarni Bien qu’ayant la vue brouillée, la trouva coquette En dansant de ses orteils fit une omelette Elle se vengea d’un soufflet et de mots fleuris « Hé vas-y tronche de cake, je suis pas ta poule Va te faire cuire un steak sous les mimosas On n’écrase pasLire la suite « Batterie de plein air »

Délit de face, yes !

Si c’était à refaire, je ferais Le pingouin En costard et mimant Les Dalton à la noce Disant Le temps qu’il fait, glosant sur les carrosses, Le nombre de chevaux de la Rolls à machin Dans L’empire des loups, je suivrais Le Parfum Je me vautrerais dans Le plus beau des mensonges Les Saveurs assassinesLire la suite « Délit de face, yes ! »

Les pétillantes prunelles de Prune

De ses yeux menthe à l’eau à ton cœur grenadine Il n’y a qu’un seul trait quelque peu lie de vin Toute enivrée de lui, toute grisée soudain Tu vires vert bouteille à te sentir encline À devenir tomate et jusqu’à aubergine Ou bien rouge écrevisse ou bien rose bonbon Devant son air mignon, sonLire la suite « Les pétillantes prunelles de Prune »

Entrelacs et montagnes

En passant près du lac Léman J’avais zieuté une donzelle Une terrible, une de celles Qui laissent moite et pantelant Je m’en étais sitôt voulu D’avoir pris tant de liberté A laisser mes yeux égarés Se pâmer devant l’ingénue Qui ne l’était sans doute guère Du moins pas plus que ne le suis C’est quoiLire la suite « Entrelacs et montagnes »

Let it bit

Laissez-les, ciselés, glisser sur le saisi Les syllabes zélées, les sizains cramoisis, Déshabillez ces cils faits de pattes de mouche, Faites que d’un clin d’œil ces valseuses nous touchent Faites les valdinguer jusqu’à la frénésie Que leur aise nous plaise et nous laisse transis Qu’elle fusent vers nous en vives escarmouches Et fassent saliver lesLire la suite « Let it bit »

Elle nous suit, nous précède et sans fin nous salue

Doux soutien, douce mère elle avance avec nous quand on oublie nos pas Jamais ne se défile et toujours se faufile entre deux cheminées Lever les yeux au ciel parce que c’est incroyable Lever les yeux au ciel parce que c’est si absurde Et puis lever aussi les yeux pour la chercher Pour, avec elle, apprendre àLire la suite « Elle nous suit, nous précède et sans fin nous salue »